Gestion des matières résiduelles

Les 3RV-E

 

Il s’agit du principe de base à appliquer pour tout ce qui concerne la gestion des matières résiduelles. Il implique une priorité pour les modes de gestion qui auront le moins d’impacts sur l’environnement :

3RVE

RÉDUIRE À LA SOURCE

En réduisant à la source, vous produisez moins de matières résiduelles qui devront par la suite être prises en charge par les services municipaux. Les coûts des collectes s’en trouvent ainsi réduits, ce qui a des répercussions sur les taxes municipales. Voici des suggestions pour y parvenir :

  • Favoriser l’achat de produits de qualité qui vous dureront plusieurs années.
  • Utiliser des sacs réutilisables pour vos emplettes.
  • Opter pour la location plutôt que l’achat pour des articles que vous n’utilisez pas souvent.
  • Remplacer les piles jetables par des piles rechargeables.
  • Éviter les articles suremballés ou jetables.
  • Privilégier des articles fabriqués à partir de matières recyclables.
  • Favoriser l’achat de produits locaux (moins de transport et, souvent moins de suremballage).

Réemployer les articles

Le réemploi permet aussi de réduire la quantité de matières résiduelles produites. Pour ce faire, il suffit de réutiliser un article à plusieurs reprises ou de le donner à d’autres qui pourraient en avoir besoin.

 

L’achat de produits usagés en est un bon exemple. En voici d’autres :

  • Réparer les articles qui sont désuets.
  • Utiliser le recto et le verso d’une feuille de papier; les contenants de plastique (ex. : yogourt) pour ranger d’autres aliments.
  • Restaurer de vieux meubles; utiliser des matériaux de construction ou de rénovation recyclés.
  • Privilégier les emballages consignés lorsque cela est possible.
  • Fréquenter les friperies et les bibliothèques pour vos livres, revues, jeux et jouets.

Recycler

La récupération de matière recyclable est maintenant bien connue. Des matières que l’on jetait, comme le verre, le papier, le métal et le plastique, sont maintenant triées et réintroduites dans différents procédés de fabrication. Cela permet d’offrir une nouvelle vie à une multitude de matières.

  • Utiliser vos services de collectes sélectives.
  • Apporter vos matières à l’écocentre lorsque c’est possible, incluant peinture et autres RDD.
  • Apporter vos huiles usées et vos pneus chez votre garagiste.

Valorisation

La valorisation regroupe l’ensemble des techniques qui permettent le réemploi, le recyclage ou la transformation des matières résiduelles sous forme de matière première ou sous forme d’énergie. Envoyer vos matières ailleurs qu’à la poubelle est une façon de les valoriser.

Élimination

Les seules matières qui devraient être envoyées à l’enfouissement sont celles pour lesquelles il n’existe pas de moyens de les valoriser.

L’objectif fondamental de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles est d’éliminer une seule matière résiduelle : le résidu ultime. Le résidu ultime est celui qui résulte du tri, du conditionnement et de la mise en valeur des matières résiduelles et qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et économiques disponibles pour en extraire la part valorisable ou en réduire le caractère polluant ou dangereux.

bulle_saviezvousque_bleu

Le Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR)

 

L’élaboration d’un Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) s’inscrit dans une démarche encadrée par la Loi sur la qualité de l’environnement. Cette loi indique que les MRC ont l’obligation de réaliser un PGMR et de le réviser aux cinq ans. Le premier PGMR de la MRC a été réalisé en 2004. Il s’agit d’un outil de planification servant à dresser un portrait régional de la gestion des matières résiduelles, à déterminer les orientations et les objectifs poursuivis par la MRC et à identifier les moyens et les actions à mettre en œuvre pour y arriver.

 

En plus de s’engager dans les orientations prévues par la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, la MRC cherche à améliorer la gestion des matières résiduelles produites sur son territoire. Ainsi, tout en poursuivant l’atteinte des objectifs de la politique québécoise et en respectant les exigences prévues par la législation, la MRC tient à mettre en œuvre un plan de gestion adapté à la région, concret et réaliste. Le PGMR a donc été réalisé avec le souci d’identifier des solutions avantageuses, tant du point de vue de l’environnement, que des aspects sociaux et économiques, en respect du principe du développement durable.

 

Le PGMR 2013-2018 de la MRC a reçu l’approbation du gouvernement en janvier 2014. Il s’agit du premier PGMR révisé à être entré en vigueur au Québec!

 

 

Résumé du Plan de gestion des matières résiduelles

 

Le PGMR permet de dresser un portrait régional de la gestion des matières résiduelles, de déterminer les orientations et les objectifs poursuivis par la MRC en la matière et d’identifier les moyens et les actions à mettre en œuvre pour y arriver.

 

Le PGMR doit couvrir l’ensemble des secteurs générant des matières résiduelles (secteur résidentiel, secteur industriel, commercial, institutionnel ainsi que le secteur de la rénovation, construction et démolition) et doit mener à la réalisation des objectifs identifiés par le gouvernement.

 

Le contenu du PGMR respecte les éléments prévus par la Loi sur la qualité de l’environnement. On retrouve donc à l’intérieur du document :

  • Une description du territoire de planification;
  • Un portrait de la gestion actuelle des matières résiduelles sur le territoire de la MRC;
  • Un recensement des intervenants et des infrastructures reliés à la gestion des matières résiduelles;
  • Un inventaire des matières résiduelles produites pour l’année 2011;
  • Un diagnostic territorial ainsi qu’une description des orientations et des objectifs ciblés;
  • Un plan d’action permettant l’atteinte des objectifs fixés;
  • Un programme de suivi et de surveillance du PGMR.

 

Les municipalités sont responsables de la gestion des matières résiduelles d’origine résidentielle, alors que les industries, commerces et institutions tout comme le secteur de la construction, rénovation et démolition sont majoritairement desservis par les entreprises privées. Dans la MRC, il se produit environ 95 000 tonnes de matières résiduelles par année, dont 25 % proviennent du secteur résidentiel, 45 % du secteur industriel, commercial et institutionnel et 30 % du secteur de la construction, rénovation et démolition. Dans le secteur résidentiel, le taux de récupération atteint près de 61 %.

 

Aucun lieu d’enfouissement technique n’est en exploitation sur le territoire de la MRC. Les matières résiduelles destinées à l’élimination sont donc enfouies à l’extérieur du territoire. Pour ce qui est des infrastructures de valorisation, la MRC est membre d’une régie intermunicipale qui possède un centre de tri des matières recyclables localisé à Sherbrooke. On retrouve également quatre écocentres permanents sur le territoire de la MRC ainsi que plusieurs points de dépôt pour les résidus domestiques dangereux.

 

Les objectifs poursuivis par le PGMR contribuent à l’atteinte des objectifs gouvernementaux. Ils concernent la réduction de l’enfouissement de matières résiduelles provenant du secteur résidentiel, la valorisation des matières recyclables et des matières organiques, la mise en place d’une gestion responsable des résidus de construction, rénovation et démolition et l’instauration d’une plus grande collaboration avec le secteur des industries, commerces et institutions ainsi qu’avec le secteur de la construction, rénovation et démolition.

 

Pour réaliser ces objectifs, un plan d’action comprenant une cinquantaine d’actions et s’échelonnant de 2013 à 2018 est proposé. Les actions sont regroupées sous quatre thématiques :

  • L’information, la sensibilisation et l’éducation;
  • L’acquisition de connaissance;
  • La gestion des matières résiduelles;
  • Les collectes, services et infrastructures.

 

Le comité responsable du suivi et de la mise en œuvre du PGMR poursuivra son mandat. Il est aussi prévu que la MRC publiera annuellement un rapport faisant état des avancées du PGMR.

 

Lien vers le PGMR 2013-2018

Lien vers les bilans du PGMR